Le papillon

Nassar in Magg e come il ròs murìr... Nudàr sl'ala dal vént vèrss un sól d'òr; in balanzza sui fiùr ch'jè dré spanìr, imbariaga d'azùr, ad lus, d'amór; la purpurina dagli al d'vlud scrulàr! pr'il vòlt dal zziél come un suspìr vulàr, quést dla parpaia l'è l'dèstìn alziér; l'è come al dèsidèri vagabónd che mai cuntént, sfiurànd tutt quéll ch'gh'è al mónd, al torna in zziél in zzérca dal piasér. Naître avec le printemps, mourir comme les roses... Sur l'aile du Zéphir nagér dans un ciel pur; balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, s'enivrev de parfums, de lumière ed d'azur; secouant, jeune encore, la poudre de ses ailes, s'envoler comme un souffle aux voûtre éternelles. Voilà du papillon le destin anchanté; il ressemble au désir, qui jamais ne se pose, et sans se satisfaire, effleurant toute chose, retourne enfin au ciel chercher la voluptè.

Menu

by gfCsoft -- web -- mail --